L’isolement, roman de Gwenaëlle Aubry

Nous retrouvons dans ce roman l’héroïne de « L’isolée », Margot, désormais en prison. Rédigé à la première personne et présenté comme un « récit », ce texte décrit de l’intérieur sa vie en détention. Ici, l’écriture travaillée et littéraire rend aussi bien compte de la réalité que l’aurait fait un style plus sobre, ce qui est assez rare pour être noté. L’auteure s’autorise même quelques pointes de poésie très réussies… Margot d’abord hébétée, en état de choc, prostrée, finit par espérer le salut dans l’écriture. La dernière phrase est glaçante et très émouvante :  » Je voudrais raconter mon histoire et le dernier signe tracé partir ».

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *