Mise au Poing – François Prunier

La boxe, ça n’est pas qu’une affaire d’hommes, et pas toujours une affaire de stars. Norina est professionnelle, mais n’est pas une championne. Élevée du mauvais côté de l’Amérique des sixties, elle a du sang africain dans les veines et de la colère en réserve. Sa violence nourrie par la rue et le centre de redressement explose sur le ring. Elle enfile les gants pour cogner et oublier. Jusqu’au jour où tout bascule.

 

PL3W

L’histoire simple et puissante d’une fille qui voulait vivre.

François Prunier est né en 1968. Il exerce la profession d’analyste financier dans une société de renseignements économiques. Mise au poing est son troisième roman, le premier à paraître chez Belfond après Martin roi (2003) et En terre hostile (2005), chez Stock. De livre en livre, il explore avec délicatesse et sensibilité des personnages complexes, torturés, mais profondément humains et émouvants.

Courrier des auteurs le 19/01/2013

1) Qui êtes-vous ? !
On dit que je suis analyste financier dans une société de renseignements économiques. Je ne suis pas bien sûr que cela soit exact. En tous cas, cela donne de moi une image qui ne correspond pas du tout à la réalité. J’ai beaucoup galéré et je galère encore. J’ai sacrifié beaucoup à l’écriture, très jeune et jusqu’à aujourd’hui et ça durera certainement jusqu’à la fin de mes jours. Je ne me plains pas. Je me considère comme un auteur en guerre. C’est un constat. C’est une situation que vivent beaucoup d’écrivains. Il faudrait dire une situation à laquelle ils survivent, comme ils peuvent…

 

FPOpale

2) Quel est le thème central de ce livre ?
La vie d’une obscure boxeuse professionnelle aux États-Unis dans les années 1960-1970. On y suit son enfance, ses souffrances et ses joies, sa vie en centre de redressement puis à l’usine, comment elle en vient à la boxe, sa carrière modeste, ses rencontres, ses amours… J’ai beaucoup aimé le film «Million Dollar Baby» mais je ne voulais pas raconter la carrière d’une star. J’espère que c’est un livre «vrai», pas misérabiliste, avec un personnage qui donne la sensation d’exister pour de bon, attachant malgré ses défauts. Je crois qu’on prend beaucoup de plaisir à la lecture de ce roman, grâce à sa voix, ses rebondissements, son réalisme romanesque…

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«J’étais une boxeuse».

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Un blues, sans doute. Mais l’écriture est rapide et le ton n’est pas plaintif. Il y a des rebondissements et de l’action, mais aussi de l’émotion… Il faudrait une musique qui traduise tout cela sans trahir l’atmosphère du texte…

5) Qu’aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Une émotion, un personnage, une vie, un document… J’aimerais qu’une fois le roman terminé, le lecteur soit gagné par la nostalgie, qu’il ait envie de passer encore du temps avec l’héroïne, qu’il ait l’impression d’avoir une nouvelle amie, qu’il se sente enrichi, qu’il ait acquis une connaissance qu’il n’avait pas sur le monde que je décris.

La revue de presse : Nils C. Ahl – Le Monde du 24 janvier 2013

Petit roman concentré et ramassé, Mise au poing est le troisième de François Prunier, après plusieurs années de silence. On apprécie la facture, la méticulosité de ce récit d’une boxeuse parmi d’autres, à la première personne…
Une Mise au poing sèche et convaincante.

 

Source :  20 minutes

Taggé , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *