Biblio

 
 

FPL1W

 
 

FPL2W

 
 

PL3W

 
 

ma_laisse_couv_gwoz_epub-186x300

 
 
 

Un livre bouleversant. Haletant comme un thriller. Magistralement écrit et non dénué d’humour. Ce premier roman audacieux, véridique au risque de choquer, révèle un écrivain hanté, exigeant, authentique.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Un polar sombre, social et mystique, sur les terres du Nord.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L’autobiographie d’une petite boxeuse professionnelle afro-américaine, criante de vérité.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Un OVNI littéraire. Amusant, touchant et instructif, ce bref récit tient à la fois du journal intime et de la critique sociale

 
 

Martin Roi était un enfant presque comme les autres. Peut-être aimait-il déjà un peu trop les femmes ? Peut-être est-ce cet amour immodéré qui l’a conduit à vouloir les déifier, jusqu’à désirer mourir à travers elles ? Il lui faudra traverser l’enfer pour atteindre le bonheur. Martin Roi est masochiste. C’est un homme presque comme les autres.

En racontant son histoire, l’auteur a voulu rendre au masochisme sa dimension humaine, ne pas faire un roman racoleur qui cherche le scandale mais simplement témoigner d’une vérité trop souvent masquée par la caricature et l’ignorance.

 
 
 
 
 
 

Depuis que sa femme l’a quitté, Cédric Maillet se réfugie dans le travail, et dans des relations épisodiques. Contraint trois ans plus tard à affronter une période de vacance, il prend sa voiture et part sans but. Le hasard l’amenant à s’arrêter à Dunkerque, il y prend une chambre d’hôtel et sympathise le soir même avec un adolescent, qui sera accusé de meurtre le lendemain. Cherchant à comprendre, Maillet se lance dans sa propre enquête, qui le confronte à la délinquance locale, à des trafiquants de drogue, des proxénètes, des flics corrompus et d’autres plus honnêtes, ainsi qu’à un prêtre ambigu et à une étrange jeune femme. La ville et ses environs, les plages et les paysages du Nord sont magnifiquement décrits. L’écriture est tendue. L’intrigue est captivante. Porté comme on l’est par un bon polar, le lecteur accède aussi à un second degré, une vue métaphysique sur la condition humaine, car cette terre hostile sur laquelle il est invité à marcher ne se résume pas à la ville de Dunkerque, elle est la terre des hommes, si dure, belle, mystérieuse et impitoyable.

 
 
 

Ancienne boxeuse professionnelle, Norina Bork raconte son enfance, son adolescence, sa vie d’adulte, sa carrière… On jurerait l’entendre. Par le ton et par le réalisme. On l’aime et on la déteste. Elle est attachante, humaine, mais elle est aussi brutale, bestiale. A travers cette biographie qu’on n’arrive pas à lâcher, on découvre un personnage criant de vérité, mais aussi un paysage social parfaitement tracé, juste, loin des clichés du genre. La fin nous surprend. On s’attend à tout sauf à ça.

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ce court roman est écrit à la troisième personne du singulier, au passé, dans un style alerte et simple qui nous fait entendre la voix d’un narrateur déjanté, un doux dingue hanté par la nécessité d’être tenue en laisse par une femme.Il a déjà une expérience conséquente des pratiques sadomasochistes qu’il nous livre par bribes, au gré de son monologue joyeux et délirant, un brin amer et encore un peu révolté. Nous découvrons ainsi les donjons parisiens, mais aussi des jeux d’apparence plus innocente à la surface de la vie de tous les jours.

Notre homme est un employé de bureau, un père de famille et un écrivain. Il nous parle très librement de son quotidien et nous rapporte mille anecdotes croustillantes sur de multiples figures littéraires très célèbres (Colette…) ou injustement oubliées (Rachilde…).

Il a lu Freud et il a même fait sa psychanalyse. Il sait d’où il vient, mais il n’arrivera cependant pas à échapper à son destin. L’histoire se terminera mal.

3 réponses à Biblio

  1. ods dit :

    « mise au point » : Un roman dans lequel on se plonge page apres page et dans lequel s’exprime á merveille le style précis et rapide pour narrer ce destin pas comme les autres d’une boxeuse attachante et atypique. Bien que n’étant pas fan de boxe, l’environnement humain des personnages m’a transporté pour finalement, une fois le livre refermé, laissé dans une bulle de plaisir latent d »avoir découvert un excellent écrivain.

  2. Ping :François Prunier - La Margouline

  3. Ping :Ma Laisse, roman de François Prunier : l'auto-interview - Globe Auteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *