Eclipses japonaises, roman d’Eric Faye

Eclipses-japonaises

Eric Faye témoigne dans ce roman d’un chapitre historique assez méconnu en France. Il concerne le Japon et la Corée du Nord des années 1970. A l’époque, le premier de ces deux pays fut frappé par de nombreuses disparitions, qui s’avérèrent par la suite être des enlèvements perpétrés par le second. Choisies au hasard, les victimes avaient pour tâche d’apporter des renseignements sur la vie courante et d’enseigner aux futurs espions comment se comporter dans la société nipponne.

Journaliste de profession, l’auteur a mené son enquête sur le terrain et il mêle dans son livre des vies réelles avec des existences fictives. Elles sont toutes tracées avec justesse. Il démontre une irréprochable maîtrise de son sujet. En outre, ces faits divers tragiques se marient à la perfection avec les obsessions qui nourrissent son œuvre depuis ses débuts : la solitude, la nostalgie, l’effacement, l’insignifiance, l’absurdité et la tristesse des choses. Ils lui permettent de nous offrir comme toujours des pages magnifiques et extrêmement touchantes. Il saisit avec eux une nouvelle occasion de tisser les toiles poétiques qui lui sont propres et qui font sa signature. Ici, ce sera notamment ce détenu qui devient contre son gré un acteur dans des films de propagande. Son image qui lui est ainsi arrachée devient une sorte de fantôme indépendant de lui, alors qu’il est lui-même déjà vidé de toute substance par le régime et réduit à l’état de spectre. Mais nous ne révèlerons pas tout, car le texte est traversé par une tension sous-jacente et des dénouements inattendus que nous ne voudrions pas gâcher.

Ce ballet des destins brisés ne laissera pas le lecteur indifférent. Avec ces « Eclipses japonaises », Eric Faye compose une fois encore un excellent cru, digne de son « Général Solitude », « Les cendres de mon avenir », « L’homme sans empreintes », « Nagasaki », « Je suis le gardien du phare », « Croisière en mer des pluies », « Le syndicat des pauvres types »… Il est bien un immense auteur qui porte haut les couleurs de la littérature, à la croisée de Kafka et de Modiano.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *