Retour à Little Wing, roman de Nickolas Butler

retour-a-little-wing

Little Wing est une petite ville des USA où Lee, Hank, Beth, Kip et Ronny ont grandi dans les années 1980. A l’adolescence, ils aimaient zoner dans une « fabrique » abandonnée. Ce vieil entrepôt céréalier avait été transformé en centre commercial une décennie plus tôt avant de péricliter.

Lee et Hank se sont partagés l’amour de Beth, qui a finalement épousé le second. Resté sur place, le couple y a fondé une famille et il exploite désormais son propre domaine agricole qui n’est guère rentable.

Sacrifiant tout pour la musique, Lee a enchaîné les petites tournées en solo et avec différents groupes, sillonnant le pays. Après des années de galère, il est devenu une star mondiale grâce à son premier album, mais il est resté au fond de lui le même gosse apeuré et malheureux.

Ronny a eu son heure de gloire dans le rodéo, jusqu’à ce que les chutes répétées, l’alcool et un accident finissent par le rendre un peu timbré et l’obligent à abandonner le métier et la boisson. Depuis, il vivote à Little Wing, en partie grâce à la générosité des locaux qui se souviennent du héros qu’il a été à leurs yeux et qui le considèrent un peu comme un benêt innocent qu’il faut protéger.

Kip est parti travailler à la bourse agricole pendant dix ans et il a amassé un joli paquet, qu’il reviendra investir dans la fabrique avec l’espoir fou d’y recréer un complexe commercial pérenne, sans jamais y parvenir.

Le livre débute lorsque Lee et Kip reviennent à Little Wing, tout auréolés de leurs succès respectifs. Les différents personnages prennent tour à tour la parole à chaque chapitre, brossant à la fois la chronique de la ville et celle du temps qui passe. Dans l’ensemble, ils sont tous crédibles, même si les fermiers Hank et Beth nous font parfois plutôt penser à des bobos qu’à des agriculteurs. On suit avec plaisir ces biographies entrecroisées, composées comme toute existence de hauts et de bas, d’amour et d’amitiés qui peuvent s’avérer tumultueux, de réussites et d’échecs, de bonheurs et de déprimes, de joies et d’épreuves. On regrette un peu que l’auteur ait cru bon d’utiliser le moteur de la célébrité de Lee pour susciter l’intérêt du lecteur : ça n’était sans doute pas nécessaire car il a su imprimer à son récit un souffle assez rapide pour qu’on ne s’ennuie pas alors même qu’il s’en tient pendant les trois quarts du texte à un quotidien banal. L’écriture est simple et juste, agréable à lire. La fin est hélas un peu bâclée : les dernières pages filent en un éclair sur les destins de Lee, Hank et Little Wing. Il aurait mieux valu maintenir jusqu’au bout le rythme de la chronique, quitte à faire un roman fleuve, où l’interrompre purement et simplement en nous laissant imaginer la suite. Malgré ces petits travers, « Retour à Little Wing » est une œuvre qui mérite qu’on prenne le temps de la lire.

Pour marque-pages : Permaliens.

Une réponse à Retour à Little Wing, roman de Nickolas Butler

  1. Bess dit :

    So so nice ! (test:-))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *